Notre histoire

X

L’entreprise est créée en 1927 par Emile BEAUCOURT et devient en 1933 une société coopérative ouvrière dont il devient le PDG élu.

La 2ème guerre mondiale manque de peu de faire disparaitre la SCOOP.

Capitaine au sein d’un réseau de résistance, son fondateur Emile BEAUCOURT est arrêté et fusillé en avril 1944.

Ajoutez à cela deux bombardements successifs qui vont raser les ateliers et endommager lourdement le matériel et vous comprendrez que l’histoire de FER’ART a bien failli s’arrêter à la fin de la guerre.

L’opiniâtreté, l’obstination et la mobilisation d’une poignée d’irréductibles maintient à flot tant bien que mal l’entreprise.

A la libération avec le retour des prisonniers, la pérennité de l’entreprise est assurée avec l’élection par une vingtaine de salariés du nouveau dirigeant PAUL SALON à qui succèdera Alfred DELACROIX puis Jean-Marie COURTOIS.

L’installation de l’entreprise dans de nouveaux bâtiments en pleine période de reconstruction marque le début de près de 40 années prospères pour l’entreprise.

Les aciéries d’ISBERGUES assurent un niveau d’activités considérables en matière de réfection de toiture, chenaux, métallerie  en sus des travaux de ferronnerie d’art pour les particuliers.

L’entreprise se développe sur les marchés petites charpentes, escaliers, gardes corps, passerelles, portails.

L’effectif se stabilise à une quinzaine de collaborateurs dans les années 80 - 90 et de jeunes recrus sont formés, en alternance, aux qualifications requises par les nouvelles attentes de la clientèle.


Eric PILAT, l’actuel PDG fut en 1983 de ses jeunes serruriers recrutés par Jean-Marie COURTOIS alors à la tête de l’entreprise.Eric Pilat - PDG de la société Fer Art à Béthune (62)

C’est en 2000, au départ en retraite de Jean-Marie COURTOIS, qu’il prend la direction de l’entreprise accompagné bénévolement pendant un an par ce dernier.

Forte de son sang neuf, de son savoir-faire  et de sa notoriété, FER’ART va poursuivre son développement en se diversifiant et par la construction ici même d’un bâtiment et de bureaux adaptés à ses nouveaux besoins.

L’effectif est quasiment doublé et l’entreprise saluée notamment dans la presse pour ses performances et sa politique de recrutement à une période où le chômage fait déjà rage.

13 ans plus tard, l’entreprise, pour assurer sa pérennité doit à nouveau prendre un virage ...

Effectivement, à 80 ans FER’ART doit  se tourner vers l’avenir et ne peut s’inscrire dans la continuité du passé !!

La crise économique qui frappe bon nombre d’activités, dont celle du bâtiment dans laquelle FER’ART évolue, doit justement amener l’entreprise à prendre les devants et se diversifier.

 

FER’ART dispose d’un réel savoir-faire et est reconnu pour cela.

Ce savoir-faire,  il faut, en parallèle de ce qui est déjà fait,  le développer notamment auprès d’une clientèle de particuliers, de prescripteurs et de professionnels à la recherche de réalisations en ferronnerie et en serrurerie uniques, et exceptionnelles sorties tout droit des ateliers.

 

L’entreprise doit également être capable de travailler d’autres matières d’où lancement récent du pôle aluminium.

+ Menu